Lonely Life [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Présentations :: Les Présentations :: Présentations Validées
MessageSujet: Lonely Life [Terminé] Dim 5 Mar - 19:10



Aoki Masao
”N’espères rien de moi...”



NOM : Aoki
PRÉNOM : Masao
SURNOM : Ao
ÂGE : 16 ans
OCCUPATION : Agent au service du gouvernement
TAILLE : 1m77
POIDS : 63 kg
GROUPE : Crazy n' Nuts
ANNÉE SCOLAIRE (Si élève) : Première Année
DATE DE NAISSANCE : 28/09/2000
LIEU DE NAISSANCE : Kabukichō dans le quartier de Shinjuku : Tokyo, Japon.
ORIENTATION SEXUELLE : Bisexuel Ambivalent
PRÉFÉRENCE RP/RPCB : Aucune préférence : je fais les deux.
AVATAR : Kazasumi Tooru - Gunslinger Stratos


-----------------------------------------------------------


IRL :


PSEUDO : Ao, Aoba, Masao ou Kuro (comme vous voulez)
ÂGE : 18
QUELQUE CHOSE À AJOUTER ? : Les méduses c'est la vie °^°
CODE :





Shut Up : Just Look !

À quoi je ressemble ? T’es des services du renseignement ou quoi ?!

Enfin… J'imagine qu'il faut quand même me présenter…

Quand on me regarde, on s’aperçoit tout de suite que je suis un adolescent.
Pas que ça me dérange d'ailleurs mais je n'aime pas trop être sous-estimé.
“méfiez-vous des apparences” ça ne te dit pas quelque chose ?
J'ai un corps assez fin, je ne le nie pas et j'ai beau être très bien entrainé pour le combat : je n'ai aucuns muscles apparents.
Pourtant je ne manque pas de force, au contraire, je peux blesser les autres et ce avec facilité même si l'agilité est ma spécialité : je suis très rapide et mes mouvements sont très vifs ce qui m’a bien servi au vu de mon vécu.
Je suppose que ma carrure fine s'explique par mon sang japonais, tout comme mon visage quelques peu androgyne : il est fin et anguleux et mes traits soulignent cet air asiatique en faisant limite poupée de porcelaine (comme si c'était pas déjà saoulant de ressembler un peu à une meuf…).
En parlant de mes origines, je tiens à préciser que mes cheveux poussent à une vitesse fulgurante : c'est vraiment chiant. Je suis obligé de me les couper assez régulièrement si je ne veux pas finir avec une coupe à la the grunge.
Ce qu’être japonais peut me saouler parfois… Enfin bon, on ne se refait pas.
J'aime tout de même bien mes cheveux bleus foncés et légèrements ébouriffés : vous les verrez donc parfois courts, parfois mi-longs au cours du temps.
Par contre, je te défends de m'appeler le bleu/Schtroumpf ou je te déf***** !
Et t'as pas intérêt à toucher ma tignasse ni même me toucher tout simplement sans mon consentement : je ne plaisante pas avec ça. On est pas des potes compris ?!
Je peux comprendre qu'il y en ai qui bave devant moi et ma silhouette mais si je ne veux pas de ces personnes et si elles ne m'intéressent d'un point de vu physique : c'est mort.
Que dire de plus ? Ah oui, j'ai les yeux aussi bleus que mes mèches, ils sont peut être même plus clair. Certaines personnes m'ont complimentés sur ce regard “océan” bien que je ne m'en vante pas vraiment.
Et je tiens à dire que j'assume ma taille ! Non je ne suis pas susceptible je t'expliques !  ET NON JE NE CRIE PAS !



Comment je me fringue ? T’en as pas fini avec toutes ces questions ?!
Bah j'aime ce qui est noir et blanc… Quoi ?! Ça te déranges ?! Pourquoi tu me regardes comme ça ?! De toute façon en étant étudiant on nous file un uniforme alors je ne vois pas l'intérêt de détailler ce genre de truc.
Tu verras bien comment je m'habille si tu m'aperçois dans la rue alors j'abrège.
C'est bon ? Je peux partir inspecteur Invité ? *soupire*

Two Side

Si je devais me décrire, je me comparerais certainement à cette montre brisée, seule et abandonnée dans les abysses d'une déchetterie.
Mon esprit est fractionné en deux, je suis comme ce miroir, je possède deux facettes.
Deux entités distinctes au sein du même corps…
Qui est le vrai moi ? Je l'ignore… Je ne sais plus… J'ai moi-même l'impression de me perdre parfois…


Quoi qu'il en soit, j'ai tendance à être d'un tempérament assez calme, je n'aime pas les climats de tension et j'ai l'habitude de rester en retrait.
Oui, je n'aime pas m'entourer d'autres personnes, on pourrait aisément dire que je suis asocial ou plutôt solitaire mais cela ne veut pas dire que je rejette toute compagnie.
Je n'irais pas vers les autres mais je n’empêcherait pas ces derniers de m'approcher. Je ne suis pas impoli, si vous m’adressez la parole je répondrais, pouvant même sourire et rire avec vous mais sachez que ce n'est qu'une façade.
Je n'affiche jamais de véritables sourires…
Au fond, je suis comme une coquille vide.
Mes sentiments sont lourds et chaques jours je dois porter ce poids sur mes épaules : c'est pour cela que je ne m'approche pas des autres. Je ne veux plus souffrir, ce serait trop dur.
Aussi, je suis une personne qui garde ses problèmes pour soi, souvent je vous paraîtrait silencieux voir même mystérieux.
Je préfère fuir le conflit plutôt que l'affronter : moins de problèmes, moins de prises de tête mais je n'en reste pas moins assez naïf, j'ai même souvent tendance à accorder ma confiance trop facilement mais je ne dévoile jamais rien de moi malgré tout. En fait, il m'arrive souvent d'accepter malgré moi un service demandé, j'ai du mal à dire non mais je suis loin d'être stupide. D'ailleurs, je ne suis pas du genre à me laisser faire sans rien dire, je peux être hésitant face à une situation angoissante et/ou grave mais lorsque je prend une décision, que je me fixe un objectif, je le suis jusqu'à l'accomplissement. Je suis assez buté parfois, c'est vrai. Il est difficile de me faire changer d'avis quand je fais un choix.
Il est aussi vrai que j'ai bien du mal à garder mon sang froid quand des vies sont en jeu : j'ai beau avoir vécu dans un milieu qui devrait m'avoir “sevré”, il m'arrive d'avoir le coeur serré lorsque je suis sur le point d'appuyer sur la détente.
Qui que vous soyez, tant que vous n’empiétez pas sur la vie de personnes qui me sont chères, jamais vous n'aurez à vous soucier de moi.

Enfin… Il s'agit du “premier moi”. Je ne suis pas “seul” vous avez oublié ?


En effet, je n'ai rien à voir avec cette lavette.
Rien que de voir tout ces moutons autour de moi, j'en ai la nausée.
Je préfère rester seul plutôt que de m'adresser à tous ces abrutis. Quoi ? Tu me veux quoi ? Dégage et laisse moi tranquille, je n'ai pas que ça a faire.
Je ne me laisse pas marcher dessus comme l'autre là, je resterais très froid avec tout le monde : qui que vous soyez.
D'ailleurs tuer est d'une facilité déconcertante pour moi. Je n'ai que faire de votre pitié ou de vos idéaux, je n'ai que mon but en tête et peu importe qui j'ai en face de moi, je ne tiens pas compte de tous ce petit monde qui n'est qu'une gêne pour moi.
Un marginal solitaire ? Peut être mais je ne supporte pas les bonnes poires, ça me donne envie de gerber : sortez ce suppositoire de votre cul merde !
Je réponds facilement aux provocations et même devenir impulsif suivant la situation mais je suis loin d'être con. Je suis quelqu'un qui réfléchit beaucoup, je suis d'ailleurs plus perspicace et intelligent que mon idiot de premier “moi”.
En situation de combat, je suis assez bon, je suis intuitif, réactif et très vif. Même si je déteste obéir aux autres, c'est l'un des seuls domaines où l'on peut m’ordonner quelque chose sans trop m’irriter.
Froid et distant : je n'ai pas peur de dire ce que je pense tout haut mais je garde tout de même tous mes problèmes pour moi.
Je n'aime pas les gens qui aiment jouer les “amis” alors qu'ils ne me connaissent pas : va te faire f***** un peu, monsieur “je te comprends”. Non tu ne me comprends pas ! Nous ne sommes pas pareils ! Et jamais tu ne pourras me comprendre !
Je hais cette vie autant que je hais le monde qui m'entoure alors restes loin de moi au lieu de me les casser point final.
Je préfère ignorer les autres c'est bien plus simple pour moi. Tout cela pour dire que je suis loin d'être le candidat idéal pour une amitié : passes ton chemin, je ne veux pas de toi et je suppose que c'est réciproque alors pas la peine d'insister. N'espères rien de moi. Bien que je sois susceptible de partager avec certains les plaisirs de la chair, il est impossible de m'atteindre directement au coeur : ce n'est qu'un palliatif, je ne fais que céder à mes besoins.
...
Mais qu'est-ce que vous avez avec l'amitié ?! Je te dis que c'est niet ! Arriver à m'approcher est déjà un véritable défi alors pour ce qui est du dialogue n'en parlons pas !  ...
Bon, admettons que ça arrive (même si c'est impossible ! ), alors… J'imagine que je ne détesterais pas la présence de cette personne… Mais ne rêvez pas !  Même en ayant produit le miracle de me faire sourire, ça n'en sera jamais un véritable.
Ça fait bien longtemps que j'ai arrêté de sourire… Et c'est une chose que je ne récupérerai jamais…



Empty Soul

En ce monde, il y a des gens qui vivent heureux, sans se soucier de ce qui les entourent.
Moi je n'ai pas cette chance...
Quand tu nais dans un quartier malfamé, il y a toujours des conséquences…
Dans cet univers où la loi du plus fort prime sur tout le reste, l'être humain n'a jamais le choix lorsqu'il est confronté à l'envers du décor : mourir ou s'adapter. Voilà la seule option qui nous ai offerte, la seule chance qu'il nous reste.


Je soupire en repensant au passé…
Si je n'étais pas né, le monde aurait-il été différent ?
Je doute fort que mon existence ait un réel impact sur notre monde mais je me contente de vivre malgré tout…


Comme tous ces moutons répugnants qui traînent dans la boue, j'ai souvent l'impression d'être le plus sale du troupeau.

Je vous dégoûte ? Tant mieux, je ne tiens pas à m'attirer votre sympathie : gardez-là pour vous. Ça vaut mieux…


Je suis venu au monde dans l'un des quartiers chauds de la capitale mais je ne me souviens plus trop de mes parents : mes souvenirs sont assez flous.
Ils ont été butés par la pègre je crois, une affaire de fric ou une autre connerie du genre, je ne sais pas mais je me rappelle parfaitement de ce jour où ces Yakuzas ont fait couler le sang dans la demeure. Je n’avais que 5 ans mais encore aujourd'hui, je peux revoir leurs visages horrifiés et souillés par ce liquide rouge... Malgré tout, j’ai été recueilli par ces mêmes mafieux japonais : ironique n'est-ce pas ? Ils m'ont pris sous leur aile car je n'avais plus personne, règle du Yakuza oblige… ou alors ils avaient juste besoin de membres en plus, peu importe on s'en fout totalement puisqu'ils m'ont toujours considéré comme un moins que rien et ils me le montraient bien.
Moi, un bâtard dont la famille avait été tué par ce même clan. Je ne méritais que le rang de chien. Même sous-fifre semblait être un titre bien trop honorifique d'après ces gens.


À cette époque-là j'étais trop faible pour lutter, j'étais petit et facilement impressionnable : alors je n'ai rien fait, je me suis laissé faire. On m'a alors “formé” pour que je puisse leur être utile.
Mais ce qu'ils m'ont fait subir… Jamais je ne l'oublierai…
Je ne sais pas depuis quand j'ai ce dédoublement de personnalité, aujourd'hui encore j'ignore que j'en possède un mais certains suppose que je l'ai développé au cours de cette période.
Je vous épargnerai les détails : entraînement physique intense et éprouvant, séance de résistance à la douleur, tortures mentales, etc…

Ils voulaient un parfait petit clébard qui les écouterait au doigt et à l'oeil, des chiens loyaux envers leurs “maîtres”.
Oh je n'étais pas seul, il y avait d'autres gosses dans le même cas que moi, à croire que ces partisans du crime organisés travaillaient pour le gouvernement tant leur équipement était sophistiqué. Mais à dire vrai, je m'en tape complètement. Je n'avais qu'une envie : mourir. Chaques jours semblaient interminable, même réfléchir était devenu un véritable calvaire. C'est d'ailleurs pour cela que j'ai pris le relais puisque l'autre ne l'aurait pas supporté et en à peine 5 ans on était déjà parfaitement
apte à participer à leurs petites “affaires”.


J’étais vide... leur obéir quand il s'agissait d'accomplir un sale boulot ne me faisait ni chaud ni froid… Plus rien ne semblait avoir d'importance : écouter, obéir, exécuter.
Le temps passait et les jours se ressemblaient tous… J'avais perdu toute notion de temps.

Chaques fois que l'on m'envoyait quelque part, je me fichais de tout : je n'avais que les ordres en tête, rien de plus. Enfin… Ça c'était jusqu'à ce que le réseau du clan soit démonté par les services de l'ordre.
C'était il y a quoi… 3-4 ans ? Je sais plus… Faut dire que je m'en fiche toujours.

Le remue-ménage qu’il y a eu... c'était assez impressionnant : des policiers affrontant directement la pègre en pleine rue dans leur propre quartier, ça ne se voyait pas tout les jours.
Enfin, l'affaire n'avait pas fait de grand bruit dans les médias puisque les autorités l’ont étouffés.
Comment ça s'est terminé ?
Plus de mort chez les mafieux japonais que chez les services de police et des blessés bien évidemment mais ce groupe de Yakuzas avait été “anéanti” en quelques sortes.

Et moi ? Qu'est-ce que je foutais là-bas ?
On était le groupe de pré-ado sans âmes qui s'occupaient d'une partie du “front”, ça aurait pu paraître comique d'ailleurs, oui si on nous avait pas apprit à tuer. Je crois même qu'on avait choqué la majorité de ces flics. Je ne sais plus trop ce qui est arrivé mais je crois en avoir liquidé un certain nombre tout comme mes “camarades”.
Malgré tout, on s'est quand même fait choper : on avait beau être des petits soldats très bien entraînés, face à une armée d'adultes formés, les chances de s'en sortir étaient minimes.
J'y repense avec cynisme mais j'aurais dû mourir ce jour-là. On nous avait filé des pilules de cyanure, “si on était sur le point d'être capturé, fallait l’ingurgiter et clamser” et j'aurais obéis à ce dernier ordre comme tous les autres si un des policiers ne m'en avait pas empêché : ils se sont vites aperçu qu'on était tous sur le point de se suicider. Cependant, ils n'ont pu en sauver que quelques uns.


En fin compte, ces partisans du crime organisé étaient bien mystérieux : pourquoi avoir formé des enfants ? les avoir changé en monstre ? Formater des mineurs pour en faire des machines à tuer, ce n'était pas très “Yakuza” quand on y réfléchit bien mais on ne pourra jamais savoir leur réelles motivation : toutes les preuves ont été détruites pendant la “bataille”.
Les enfants survivants, dont moi, nous étions les seules preuves de notre existence.

On nous a ramené dans une espèce de prison spéciale : on ne pouvait pas nous accorder une vie comme celles des autres enfants : pas en étant des meurtriers, pas après tout ce qu'on était devenu alors les agents du gouvernement ont fait en sorte de nous ramener à un état d'esprit plus “normal” avant de juger ce qu'ils pourraient faire de nous. En ce qui me concerne, j'ai mis beaucoup de temps avant d'adresser la parole à qui que ce soit.
Je ne voulais voir personne, rencontrer personne, même mes camarades de galère ne me faisaient ni chaud ni froid.
Malgré tout, ma personnalité est revenue petit à petit même si je suis incapable de sourire.


Enfin, les deux personnalités se sont affirmés plutôt… et en se penchant sur mon cas, même avec ce dédoublement de personnalité, ils ont jugés que mes capacités pourraient s'avérer utiles donc on m'a accordé le droit de “vivre” on va dire...
Je ne sais ce que sont devenus les autres et ça me passe au-dessus mais maintenant je travaille pour le gouvernement ou plutôt… Je devrais travailler pour eux une fois que mes études seront terminées.
Ils ont estimé que “À mon âge, ma place est à l'école pour apprendre”....
Je leur en foutrai moi de l'apprentissage !
Ils veulent que je me sociabilise : je l'ai bien compris. En particulier ce foutu inspecteur mais je l’emmerde lui et tout le reste !


Je ne suis pas du genre à me sociabiliser, j'espère juste qu'on me laissera vivre tranquillement… Enfin… Si on m'a accordé une scolarité je pense surtout que c'est pour me laisser encore un peu le luxe d'être “libre” avant de devoir travailler officiellement pour eux. Alors je vais profiter du temps qu'il me reste dans cette académie, “Reverse School” que mon supérieur a dit même si je devrais quand même travailler pour le gouvernement en parallèle de temps à autres…
C'est compliqué tout ça… enfin bon… Je verrais bien.




...
avatar
Outsider
Outsider
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1
Date d'inscription : 02/03/2017
Age : 18
RP or RPCB ? : Les deux
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lonely Life [Terminé] Sam 11 Mar - 0:15
Ma petite Schtroumpfinette de princesse des rues. ♡
Désolé pour l'attente de ta validation, mais tu sais le rose et moi nous sommes pas très copains. (En même temps fallait choisir l'autre fiche ! Mais je t'aime quand même. )

Alors par où commencer mon chaton ? Oui, j'aime beaucoup la manière avec laquelle tu as fractionné ta fiche, ça découpe ton personnage et ça en fait une fiche bien intéressante. Et Masao bien qu'insupportable en devient attachant.

L'écriture est fluide et facile à lire, on s'attache facilement à ta petite princesse des glaces. Bien que l'histoire ait été rude pour ce bonhomme. Attention dans Reverse, les armes y sont refusées en revanche, s'il tente d'en introduire une dans l'école, c'est la convocation chez le sale petit vieux de proviseur. (Je te le conseille pas, il est complètement maboule hahaha.)
Eh bien ma petit princesse Jellyfish. Bienvenue à toi dans Reverse car tu es désormais validé. (Et ce par les soins de Dieu alors profites-en. )
avatar
Outsider
Outsider
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2
Date d'inscription : 03/03/2017
Age : 21
Revenir en haut Aller en bas
Lonely Life [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» ELLIE ◊ butterflies are god's proof that we can have a second life. (terminé..)
» Rhiannon - Change your past will never change your life. (Terminée)
» [Flash-back] Such a lonely day, the most loneliest day of my life [Anya ♥]
» — bring me to life
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Reverse School :: Présentations :: Les Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers: